“« Amazon a facilité notre expansion rapide à l'international. Nous sommes passés en quelques années d'une marketplace (la France) à 12 dans le monde et grâce aux différents services d’Amazon, nous proposons une alternative à notre site Internet avec une expérience consommateur égale qu'on soit en France ou en Australie ». Pascal Gauthier, PDG de Ledger”

Eric Larchevêque n’en était pas à sa première expérience de création d’entreprise quand il a donné naissance à Ledger. Originaire de Vierzon (18), de formation ingénieur en microélectronique, il comptait déjà huit créations d’entreprises en 2014, quand il fonde une start-up spécialisée dans les portefeuilles physiques numériques pour crypto-actifs avec deux autres start-ups spécialistes de la sécurité des cartes à puce et de la vente de bitcoins par courrier postal.

Aujourd’hui, Ledger est devenue une belle licorne française dont le nom a déjà fait le tour du monde. Accompagnée par Amazon, elle a déjà vendu plus de trois millions de portefeuilles dans plus de 180 pays, sept ans à peine après sa création.

Réussite fulgurante

Forte d’un succès incontestable sur un marché émergent, Ledger s’est progressivement imposé comme le leader des solutions de sécurisation et de gestion des actifs numériques critiques, tels que les crypto-actifs, les NFTs et autres applications décentralisées basées sur la Blockchain (dApps, CBDC, STO...). Désormais aux commandes, Pascal Gauthier a investi dans Ledger dès sa création, avant d’en prendre les rênes il y a deux ans. Titulaire d'un baccalauréat, il est l’un des rares dirigeants du Next 40 à être autodidacte. « Je n'ai jamais été académique. J’aime bien l’aspect pratique des choses et apprendre sur le tas. Assez rapidement, en 2000, j’ai commencé à travailler. Il y avait cette vague d’innovations et Internet a créé un appel d’air pour des profils comme le mien » explique-t-il. Pascal a grandi très vite dans le monde de la Tech, se retrouvant rapidement aux commandes d’entreprises nées avec la vague Internet qui ont désormais pignon sur rue. En 2014, sa vie a pris un nouveau tournant. « J’ai rencontré le bitcoin, les cryptomonnaies et leurs nouveaux protocoles. Depuis, c’est cela qui me motive », déclare le PDG de Ledger.

Pascal voit grand : après une levée de fond de 60 millions d’euros en 2018, puis de 380 millions de dollars cette année, la société est désormais valorisée 1,5 milliard de dollars. « Notre objectif, c’est d’atteindre une valorisation de 100 milliards d’ici cinq ans », explique-t-il.

Expansion internationale facilitée par Amazon

La dynamique qui peut permettre à Ledger d'atteindre cet objectif est déjà en marche et c’est notamment sur Amazon qu’elle a été initiée. Aussitôt créée, Ledger a en effet lancé la première version de son coffre numérique pour crypto-actifs et c’est dans la boutique Launchpad, sur Amazon.fr, que la société l’a commercialisé. Sept ans plus tard, la société vend dans 12 pays : France, mais aussi Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Espagne, Pays-Bas, Suède, Pologne, États-Unis, Canada, Japon et Australie. « Amazon a facilité notre expansion rapide à l'international », souligne Pascal.

« Nous sommes passés en quelques années d'une marketplace (la France) à 12 dans le monde. Grâce aux différents services d’Amazon, nous proposons une alternative à notre site Internet avec une expérience consommateur égale qu'on soit en France ou en Australie, dont notamment une livraison en 24h, un support client dans la langue du pays sans oublier l’aide à la traduction des pages produits qui simplifie notre démarche. Nous avons fait partie des premiers à participer au programme Launchpad européen et aujourd'hui nous utilisons aussi le service Seller 360, un programme qui accompagne les vendeurs aussi bien sur la partie account management que publicitaire ».

Avec plusieurs bureaux dans le monde (Vierzon, Paris, Zurich, New York et Singapour) la société emploie désormais environ 500 personnes, notamment dans son usine à Vierzon qui fabrique ses portefeuilles. Surfant sur le succès de ses clefs USB ultra-sécurisées pour cryptomonnaies, Ledger ne s’est pas assis sur lauriers, élargissant progressivement son modèle pour donner corps à ses ambitions. « L’objectif restera toujours de sécuriser les clefs privées, mais nous voulons que Ledger devienne une véritable porte d’entrée sécurisée vers l’ensemble de l’écosystème des actifs numériques », conclut Pascal Gauthier.