Romain Lacombe et David Lissmyr se sont rencontrés pendant leurs études à l’Ecole Polytechnique. Puis leurs routes se séparent : David poursuit ses études à l’université de Stanford dans la Silicon Valley californienne pour se spécialiser en informatique et électronique, tandis que Romain évolue de l’autre côté des États-Unis, à Boston, pour faire des études en politique publique liée à l’environnement au célèbre Massachusetts Institute of Technology. De retour à Paris, ils occupent différents postes, mais finissent par se retrouver pour co-fonder Plume Labs. « La pollution de l’air tue 7 millions de personnes par an. Elle coute cinq milliards de dollars à l’économie mondiale. Elle réduit l’espérance de vie de chaque individu sur cette planète : six mois en moyenne pour un Parisien, jusqu’à 5 ans dans certaines régions d’Inde et de Chine », assène Romain Lacombe.

Plume Labs

« L’idée de créer un objet connecté destiné au grand public pour mesurer la qualité de l’air est née progressivement », raconte David Lissmyr. « Nous avons commencé par regarder ce qui existait, puis ce qui pouvait être fait et nous avons fini par quitter nos postes respectifs pour donner naissance à Flow ».

Un objet connecté pour mesurer la qualité de l’air partout

Romain Lacombe
Romain Lacombe, cofondateur de Plume Labs
David Lissmyr
David Lissmyr, cofondateur de Plume Labs

David et Romain ont commencé par réunir une équipe de R&D en 2014. « Nous voulions rendre du pouvoir aux utilisateurs de notre solution en les aidant à mieux évaluer la qualité de l’air », explique Romain. « Les solutions existantes sont fixes avec des ordinateurs de la taille d’armoires. Elles ne sont pas conçues pour permettre aux individus de mieux respirer, mais pour permettre aux gouvernements de gouverner : elles sont pensées pour surveiller la qualité de l’air et identifier à quel moment il faut couper le trafic ou fermer une usine ».

Est-ce le bon moment pour courir ou promener bébé au parc ? Puis-je me rendre au travail à vélo ou vaut-il mieux prendre le métro ? Prendre un verre en terrasse ou au contraire se calfeutrer à l’abri ? Réellement pensé pour permettre à chaque individu de répondre à toutes ces questions, Flow mesure la qualité de l’air en temps réel. Il se concrétise par un petit objet connecté d’à peine 70 grammes qui tient dans la main. Il est capable d’identifier cinq types de polluants dans l'air : les particules fines (PM1, PM2.5 et PM10), dioxyde d'azote (NO2) et les composés organiques volatils (COV). Vert, orange, rouge ou violet… l’équipe de Plume Labs s’est inspirée des niveaux d’alertes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et des normes établies par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) pour construire son échelle de mesure et alerter les utilisateurs en cas de présence d’éléments nocifs dans l’air, et ce à l’extérieur comme à l’intérieur de la maison.

Un envol sans turbulences

Pour mettre au point Flow, Plume Labs a dû relever de nombreux défis technologiques et ce n’est qu’au bout de quatre ans de R&D qu’elle commence à commercialiser ses premiers produits. Très vite, elle fait le choix de les vendre sur Amazon. « La capacité à atteindre de manière quasi instantanée les millions de clients d'Amazon signifie que même en étant une petite équipe, on est capable de partager ses innovations avec le monde extrêmement rapidement », explique Yannick Servant, VP Marketing de Plume Labs. « D’autant qu’Amazon est une place de marché reconnue qui inspire confiance aux consommateurs : Amazon.fr est un environnement qu'ils connaissent et le fait que nous puissions y être présents avec un espace pour raconter notre histoire permet à notre produit d’être présenté dans les meilleures conditions à nos potentiels clients ».

“Même en étant une petite équipe, on peut partager ses innovations avec le plus grand nombre très rapidement grâce à Amazon.”
Yannick Servant, VP Marketing de Plume Labs

Pour Yannick, la possibilité d’intégrer le programme LaunchPad a également été d’une grande aide dans la mesure où la société a ainsi pu bénéficier d’un accompagnement personnalisé. « Nous avons également pu assister à des événements et ainsi rencontrer d'autres entrepreneurs qui ont fait grandir leur projet grâce à Amazon et auprès desquels nous apprenons énormément à chaque fois », ajoute Yannick. « Et n’oublions pas la logistique : elle est rapide et fiable, Amazon étant le partenaire qui prélève le moins de frais fixes. C'est précieux lorsqu’on lance son tout premier produit ! »