Au-delà de l’impression d’instantanés, ce petit boitier embarque une fonction très originale qui permet de créer des vidéos à partir du scan des photos imprimées. Après une collecte de fonds de plus d’un million de dollars et quatre mois passés en Chine, le duo d’ingénieurs, installé désormais à San Francisco, a en quelque sorte récré la magie des photos animées du célèbre Harry Potter.

“Les appareils photo instantanés ont toujours eu quelque chose de magique et suscité beaucoup d’attrait et de curiosité. Mais la technologie n’avait pas évolué depuis sa création dans les années 20. Avec Prynt, nous la remettons au goût du jour avec un petit quelque chose en plus”
Clément Perrot

Même si les téléphones portables ont révolutionné l’univers de la photo, la satisfaction de pouvoir imprimer des clichés n’a jamais vraiment disparu. Passionnés de photo et amis depuis leur rencontre à l’université à Paris, Clément Perrot et David Zhang en sont persuadés. Forts de leurs convictions, ils se sont lancés dans un projet qui remet la photo instantanée au goût du jour en y ajoutant une petite pointe de malice qui la rend encore plus amusante.

Nouvelle jeunesse pour la photo instantanée

« Après l’école Polytechnique en France, nous avons poursuivi nos études d'entrepreneuriat et de management (master degree) à l’université de Berkeley en Californie et c’est là que nous avons commencé à travailler ensemble », explique Clément. « L’idée de Prynt est née d’un constat : quel que soit la soirée ou l’évènement, lorsque nous sortions nos appareils de photo instantanée, les gens étaient toujours captivés et très curieux. Malgré les smartphones et les évolutions dans le domaine de la photo, la magie du développement instantané est restée. Et c’est d’autant plus curieux que la technologie, inventée dans les années vingt, a très peu évolué. Alors nous avons pensé à la remettre au goût du jour en y apportant un peu d’innovation ».

Une main tient une imprimante photo Prynt sur un smartphone, qui est en train d'imprimer la photo d'un groupe de jeunes gens assis dans l'herbe en extérieur

Des photos animées, comme dans Harry Potter

Comme des millions de lecteurs et spectateurs à travers le monde, Clément et David ont grandi avec le célèbre sorcier de Poudlard et n’ont pas manqué d’être interpelés par ces incroyables photos qui s’animaient entre les mains de Harry Potter. Inspirés par la saga, tout en étant conscients de la popularité de la vidéo, ils vont concevoir la photo instantanée animée. Mais ici point de baguette magique !

En appui sur les technologies du cloud et de la réalité augmentée, nos deux ingénieurs ont conçu une imprimante sous forme de petit boitier qui se glisse sur le smartphone, comme une simple coque. Disponible gratuitement pour iOS et Android, une application permet de lancer l’impression d’une photo stockée ou que l’on vient juste de prendre. Pour obtenir une vue animée sur son écran, il suffit ensuite de pointer le cliché papier avec son smartphone. Miracle ? Pas vraiment. Là encore Clément et David ont fait appel à la technologie pour reproduire la magie de Harry Potter : lorsqu’une photo est prise avec Prynt, l’application enregistre automatiquement une petite vidéo (avant et après la prise de vue).

De Paris à San Francisco en passant par la Chine

Depuis sa création, Prynt n’a cessé d’évoluer, offrant toujours plus de fonctionnalités ludiques. Si le produit rencontre un véritable succès aujourd’hui, Clément reconnait que les débuts n’ont pas été faciles. « Le projet était ambitieux et nous étions deux jeunes ingénieurs, fraichement sortis de l’école quand nous avons commencé il y a trois ans », explique-t-il. « Nous avions réussi assez rapidement à faire des prototypes fonctionnels, mais le passage au produit manufacturé a été plus compliqué. Nous manquions d’expérience et de connaissances dans ce domaine. Nous avons donc postulé à un programme d’accélération à Shenzhen, en Chine, où nous avons appris tous les détails de la fabrication ».

Après quatre mois de formation, il restait la problématique financière. Persuadés d’avoir la bonne idée et un produit fiable, ils ont levé des fonds sur Kickstarter.

« J’ai déménagé à San Francisco et recruté un premier collaborateur, chargé de préparer la campagne de crowdfunding », se souvient Clément. « Notre objectif était de 50 000 dollars. Nous l’avons atteint en à peine 30 minutes et finalement levé 1,6 million de dollars en 35 jours. Incroyable ! ». Un peu moins d’un an plus tard, la start-up était née et Prynt faisait déjà travailler une douzaine de personnes. Dernière étape du parcours avant le succès : commercialisation en 2016 du produit sur Amazon Launchpad, un programme spécialement conçu pour aider les jeunes entreprises à se lancer.

De l’écran à la photo imprimée, instantanément_2

« Lancer un premier produit n’est jamais évident : il reste toujours beaucoup de choses à peaufiner. Typiquement, faute d’avoir pu tester le produit avec suffisamment d’utilisateurs pour avoir des retours, le manuel d’explications n’était pas optimum », note Clément. « Launchpad a été une excellente étape dans notre parcours avant d’arriver en magasin. C’est un environnement où les gens comprennent qu’il s’agit de nouveaux produits conçus par des start-ups ».

Aujourd’hui commercialisé dans plusieurs pays, dont la France et les États-Unis, Prynt a déjà séduit de nombreux utilisateurs. Clément et David ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Prochaine étape : lancement au Japon, au Canada et en Allemagne.

Prêts pour une photo mémorable ? Dites cheese !