« Je n’aurai jamais le temps. Et en plus, je n’ai pas d’histoire à raconter ». Voici ce que la jeune Lilloise Amélie Antoine a répondu à une amie qui l’a encouragée à écrire un roman au printemps 2014. Un peu plus d’un an plus tard, Amélie a non seulement écrit un roman, Fidèle au poste, mais elle l’a aussi publié de façon indépendante, séduit plus de 20 000 lecteurs et gagné le premier Prix Amazon de l’autoédition.

« Cette idée un peu folle de me lancer dans un projet de roman s’est immiscée en moi, presque malgré moi. J’ai commencé à réfléchir sérieusement à une intrigue, à inventer des personnages », explique Amélie. Son intrigue a pris la forme d’un polar romantique dans lequel rien ni personne n'est vraiment ce que l'on croit : un couple mène une existence heureuse, mais la vie du mari bascule lorsque sa femme disparaît du jour au lendemain. « C’est une histoire qui parle de deuil, de résilience, de ce qu’on peut être prêt à faire pour tenter d’atteindre sa vision du bonheur ».

“À tous ceux qui rêvent que leur livre rencontre ses lecteurs, je ne dirai qu’une seule chose : lancez-vous. Vous n’avez rien à perdre.”
Amélie Antoine

Amélie a écrit Fidèle au poste en deux mois durant un été. Elle a alors contacté des maisons d’édition, sans réponse positive. Mais, au moment où un petit éditeur accepte de publier son manuscrit, une autre porte s’ouvre : « Je suis tombée sur un article qui parlait de l’autoédition numérique sur Kindle. Il m’a donné l’impression que mon roman pouvait, peut-être, réussir à sortir du lot et être remarqué », explique Amélie. Elle fait donc le choix de l’autoédition. « Quand j’ai cliqué sur ‘Publier’ sur la plateforme Kindle Direct Publishing (KDP), j’ai eu l’impression de tenter un coup de poker ! ».

Prochaine étape : partir à la conquête du public américain

Et le coup a été gagnant : Fidèle au poste s’est retrouvé numéro 1 des ventes de la Boutique Kindle pendant plusieurs mois, Amélie a signé un contrat avec une maison d’édition en France et une traduction pour une sortie aux États-Unis en 2016. En plus, en tant que lauréate du Prix Amazon de l’autoédition, Amélie a reçu 5 000 euros et a bénéficié d’un dispositif marketing sur le site Amazon.fr valorisé à près de 15 000 euros. « C'est une vraie reconnaissance. J'espère que ce prix fera aussi en sorte que les médias s'intéressent aux auteurs indépendants ».

« Le soir de la remise du trophée, j’ai pris d’un seul coup conscience de tout le chemin parcouru. Il y a un an, j’en étais à envoyer mon manuscrit à des éditeurs. Et aujourd’hui… J’attends fébrilement la sortie en librairie puis aux États-Unis dans quelques mois. Je croise les doigts pour que l’histoire de Gabriel, Chloé et Emma plaise autant outre-Atlantique qu’en France ! ». Un conseil pour finir : « À tous ceux qui rêvent que leur livre rencontre ses lecteurs, je ne dirai qu’une seule chose : lancez-vous. Vous n’avez rien à perdre ».